fbpx

Les 8 piliers du Yoga constituent le Raja Yoga, aussi appelé Ashtanga Yoga (“asht” signifie 8, “anga” membre en sanskrit).
Codifiés par Patañjali dans les Yoga Sutra, ces 8 étapes sont essentiellement des règles de vie pour atteindre l’éveil.
En effet, il s’agit de lignes de conduites morales, éthiques et d’auto-discipline, permettant d’atteindre la réalisation de soi.

Nous avons déjà vu ensemble les deux premiers piliers : 

1 – Les Yamas : 5 règles sociales, elles amènent à la juste relation avec l’environnement social. Plus de détails ici
2 – Les Niyamas : 5 règles personnelles d’auto-discipline qui amènent à la juste attitude vis-à-vis de soi. Ils faisaient également l’object de cet article 

Les 6 piliers suivants sont : 

3 – Asanas 
4 – Pranayamas 
5 – Pratyahara
6 – Dharana
7 – Dhyana
8 – Samadhi

Les 5 premiers piliers sont dits externes (Bahir-Anga) car ils concernent la vie sociale, le corps physique, la respiration.
Les 3 derniers piliers sont internes (Antar-Anga), ils développent plus spécifiquement la sphère spirituelle. 

Venons expliquer chaque pilier un à un… 


Asana signifie “posture” en sanskrit. Et oui, Patanjali nous rappelle ici que les postures ne sont pas la priorité du Yoga. 

Du point de vue yogique, le corps est considéré comme le temple de l’esprit, il est donc essentiel d’en prendre soin pour son évolution spirituelle. En pratiquant des asanas, nous développons une habitude de discipline et une faculté de concentration, qui sont toutes deux nécessaires à la méditation. 
Les postures viennent étirer, vitaliser, équilibrer, et relaxer le corps. Elles mobilisent également les plans émotionnel, mental, spirituel et visent à leur harmonisation.

Elles sont combinées avec : 
> les Pranayamas : contrôle de la respiration
> les Mudras : positions des mains
> les Bandhas : l’engagement des “verrous” énergétiques
Pour réguler les Chakras et Nadis (centres et flux énergétiques).

Même la plus simple posture peut avoir des effets bénéfiques profonds sur de nombreux aspects, aidant ainsi à relâcher des tensions physiques et psychologiques. 
On compte traditionnellement 84 asanas dans le Yoga classique. 

 

En sanskrit, Prana signifie “énergie vitale” et Ayama signifie “extension”, il s’agit donc de l’extension de la force vitale par le contrôle de la respiration, tout en reconnaissant le lien entre la respiration, l’esprit et les émotions.
Pour les Yogis, la pratique de Pranayamas rajeunit le corps, et prolonge la vie. Ils améliorent la concentration, la digestion et le système respiratoire. Ils peuvent être pratiqués en complément d’asanas ou comme une pratique à part entière. 

Les quatre premières étapes (Yamas, Niyamas, Asanas et Pranayamas) du Yoga Ashtanga de Patanjali visent à affiner notre personnalité, à acquérir une certaine maîtrise de notre corps et à développer une conscience énergétique de nous-mêmes. Tout cela nous prépare à la deuxième moitié de ce voyage, qui concerne davantage les sens et l’esprit et a pour objectif de nous faire atteindre un niveau de conscience supérieur.


Pratyahara, le cinquième pilier du Yoga selon Patañjali, signifie le contrôle ou le retrait sensoriel. Il s’agit de faire l’effort conscient de détacher notre conscience du monde extérieur et des stimuli externes. En étant pleinement conscient de cultiver un détachement de nos sens, on dirige notre attention vers l’écoute de soi, vers l’intérieur. 

La pratique de Pratyahara permet de prendre du recul pour nous observer nous-même, dans l’ici et le maintenant. Elle permet de stopper la distraction de nos 5 sens constamment attirés par les sons, les objets, les couleurs, les odeurs, à tel point que nous sommes décentrés. Pour la plupart d’entre nous, les contraintes sociales font que nous n’avons plus le temps de faire une pause et que nous oublions, voire ignorons, notre propre nature. Pratyahara nous invite à se retirer et nous permet d’observer objectivement :  nos envies, nos  habitudes qui nuisent peut-être à notre santé et sont susceptibles de freiner notre développement intérieur.

 

Lorsque nous suivons les 8 piliers du Yoga selon Patañjali, chaque étape prépare à la suivante. La pratique de Pratyahara crée donc les conditions pour Dharana : la concentration.
Débarrassés des distractions extérieures,  nous pouvons gérer les distractions de l’esprit lui-même. Dharana nous amène à fixer notre attention sur un point spécifique, qu’il soit intérieur (le souffle, les sensations du corps) ou extérieur (un son, une image). 

La concentration était déjà initiée lors des asanas (pratique des postures physiques) et des pranayamas (contrôle de la respiration), mais si nous nous concentrons sur nos actions, notre attention vagabonde, elle se déplace pour peaufiner les nombreuses nuances d’une posture ou d’une technique de respiration particulière. Dans Dharana on se concentre sur une seule chose. Ces périodes de concentration prolongées conduisent naturellement à la méditation. Dharana permet de calmer l’esprit, de se reconnecter au moment présent, sur le court et le long terme. 


Après Dharana (la concentration) peut venir Dhyana, la méditation en sanskrit. Cette septième étape de l’Ashtanga, est le flux ininterrompu de concentration. Alors que dans la pratique de Dharana l’attention était fixée sur un point, dans Dhyana on entre dans un état de pleine conscience sans concentration. L’esprit est apaisé, en silence. 

Cela peut te sembler difficile, voir impossible, mais rappelle-toi que le Yoga est un processus, et chaque étape de ton évolution est bénéfique. 


Patañjali décrit cette huitième et dernière étape d’Ashtanga, Samadhi, comme un état d’extase. Il s’agit de l’éveil pendant lequel le méditant fusionne avec l’objet de sa méditation et transcende le moi. Il en vient à réaliser une connexion profonde avec le Divin, une interconnexion avec tous les êtres vivants. Cette réalisation s’accompagne de la “paix qui permet toute compréhension” : l’expérience du bonheur. 

Tout cela peut sembler utopique, idéaliste, voire prétentieux. Mais ce que Patañjali décrit comme l’achèvement du parcours yogique est en réalité ce à quoi aspirent tous les êtres humains : l’accomplissement personnel et la paix. 

On ne peut ni acheter, ni posséder cette ultime étape du yoga, mais seulement en faire l’expérience à travers le dévouement continuel de l’aspirant. 

Tu connais maintenant les 8 Piliers du Yoga selon Patanjali ! 
Selon lui, suivre ces étapes, l’une après l’autre, c’est suivre le chemin vers l’éveil, vers l’accomplissement de soi.
N’est-ce pas ce que recherche chaque homme et chaque femme dans sa vie et sur cette Terre ? 

Si on apprend ici que le Yoga ne se résume pas à une pratique physique, et est en réalité bien plus que cela, un réel état d’esprit, un mode de vie, le Yoga ne se résume pas non plus à la seule philosophie Ashtanga de Patanjali ! Il existe de nombreux courants de philosophie yogique qui ont chacun de nombreuses choses à nous apprendre. Rappelons nous Svadhyaya, le 4ème Niyama, qui nous rappelle que l’étude des textes sacrés nous permettent de développer notre capacité de réflexion, notre connaissance du monde et de nous-même. 

Si tu souhaites en apprendre plus encore sur la philosophie de Patanjali, et peut-être lire ses 196 Sutras. Je te conseille le livre “Lumière sur les Yoga Sutras de Patanjali” de BKS Iyengar dans lequel l’auteur traduit, décrit et commente chacun des sutras. Une lecture que je ne peux que recommander à tous ceux qui souhaitent avancer sur leur chemin vers le Yoga. 

Namasté.