fbpx

L’histoire du Yoga est marquée par la création des Yoga Sûtras de Patañjali. Cet essai vise à définir et codifier le Yoga classique. Il est composé de 196 aphorismes ou Sûtra (du sanskrit : fil) qui exposent le Yoga Raja aussi connu sous le nom de Ashtanga Yoga et ses 8 piliers/membres : Yama, Niyama, Asana, Pranayama, Pratyahara, Dharana, Dhyana, Samadhi. 

Mais qui était Patañjali ?
En réalité nous ne savons pas grand chose sur ce sage. La rédaction des Yoga Sûtra semble s’échelonner sur plusieurs siècles (du IIème av. J-C. au IVème apr. J-C.) et même si la structure, le langage et le style sont uniformes, il est considéré que Patanjali n’est pas une seule personne mais un groupe de différents auteurs (certains parlent d’une lignée de 14 Patañjali). 

Il peut paraître étrange d’en savoir si peu sur Patanjali, mais l’anonymat est une des caractéristiques des grands sages de l’Inde ancienne. En effet, ils estimaient que leur enseignement était le résultat d’un effort collectif sur plusieurs générations et refusaient de s’en attribuer tout le mérite. Ils préféraient souvent attribuer le travail à un autre maître plus âgé.

“Yoga Citta Vrtti Nirodhah” est selon Patañjali la définition du Yoga, cela se traduit par  “Le Yoga c’est l’arrêt des fluctuations de l’esprit”. Ainsi grâce au Yoga, le pratiquant fait l’expérience de sa vie avec une vision plus claire et non teintée de pensées bonnes ou mauvaises, personnelles ou d’un autre. 

Il est quasiment impossible d’arrêter toutes nos pensées car notre esprit est fait pour constamment penser… Pourtant, c’est ce que Patañjali tente de nous apprendre dans les Yoga Sûtra, grâce à un ensemble de pratiques.

Pour Patañjali les fluctuations de notre mental sont : les désirs, les aversions, l’attachement, l’ignorance et l’ego (je, moi, mes). 

En s’identifiant avec ces fluctuations de pensées, notre vie peut rapidement devenir un manège à sensations fortes, avec des hauts et des bas, jusqu’à ce que ces fluctuations transparaissent dans nos comportements et nos actions. 

Lors de la pratique du Yoga et de la méditation, nous devenons observateurs/témoins de nos pensées et de ces fluctuations, ainsi nous ne nous identifions plus à travers elles. En cultivant cette observation de nos pensées, nous sommes plus enclins à simplement les accepter comme elles sont : en changement constant, brèves, passagères et surtout pas toujours vraies.

Yogângânusthânâd asuddhi-ksaye jnâna-dîptir âviveka-khyâteh

A vos souhaits Patañjali ! 

Plus sérieusement, voici la traduction du Sutra 2.28 : 

“Grâce à une pratique dévouée des différents membres (ou des étapes) du Yoga, où les impuretés sont éliminées, il en résulte un éclairage qui aboutit à la sagesse ou à l’illumination. “

Dans ce Sutra, Patañjali résume les effets du Yoga. Pour lui, par une pratique régulière et dévouée des 8 étapes vers le Yoga, le pratiquant dissout les impuretés de son corps et son esprit, supprime les causes de ses souffrances et acquiert la sagesse. Ainsi il apprend à se connaître, à se comprendre, à développer sa satisfaction et son accomplissement personnel tout en restant humble. 

Point majeur de ce Sutra est la dévotion, ainsi selon Patañjali la perfection et le succès sont atteint seulement grâce à une pratique remplie d’amour et de dévotion. 

Tu souhaites aller plus en profondeur dans l’apprentissage des Yoga Sutras de Patanjali ? Je te recommande cette lecture : Lumière sur les Yoga Sutra de Patanjali – BKS Iyengar
Chacun des sutras sont ici commentés par BKS Iyengar à la lumière de sa propre sagesse et de son expérience. Il en résulte un ouvrage fort accessible qui sera d’une grande aide aux étudiants de philosophie indienne et aux pratiquants de yoga.